Accueil > Définitions > Psychanalyse
Mots médicaux voisins
Nom masculin
Psychanalyse
Nom féminin
Nom féminin
Quelques définitions
Nom féminin
Adjectif
Expression au féminin
Nom masculin
Expression au masculin

Définition de "Psychanalyse" - Dictionnaire médical

Écouter la piste audioPsychanalyse nom fém.
Écouter la piste audioPsychanalytique adj.
Écouter la piste audioPsychanalyste nom
Écouter la piste audioPsychanalyser ver.

L’inventeur de la psychanalyse, le médecin viennois Sigmund Freund, a donné de sa découverte une définition en trois points, brièvement résumés ici : 1) un procédé d’investigation des phénomènes psychiques ; 2) une méthode de traitement des troubles névrotiques ou psychotiques fondée sur cette investigation : la cure psychanalytique ; 3) une série de concepts sur le psychisme (la première topique, puis la seconde topique) qui aboutit à la constitution d’une nouvelle discipline à prétention scientifique.

La psychanalyse, dont les débuts remontent à la fin du XIXème siècle, n’est ni une science exacte, comme le croient mordicus certains de ses adeptes les plus fervents, ni une religion laïque, comme le pensent certains de ses détracteurs les plus virulents, notamment le philosophe Michel Onfray. C’est avant tout une technique, exercée par des psychanalystes, qui peuvent être médecins, voire psychiatres, mais aussi par des non médecins. Ce n’est pas, stricto sensu, une discipline médicale, même si les gens qui suivent une cure psychanalytique sont des patients.

La condition sine qua non pour être psychanalyste est d’avoir été soi-même psychanalysé préalablement, condition que, forcément, son inventeur n’a pas pu s’appliquer à lui-même.

Déjà du vivant de Freud, la psychanalyse a évolué en différents courants, appelés « écoles », avec des polémiques parfois vives et des « excommunications ». Le grand homme de la psychanalyse en France est Jacques Lacan.

Comme le terme est un peu long, on a tendance à l’abréger en analyse (patient en analyse), mais on dit aussi thérapie. Le psychanalyste devient donc un analyste, mais également un thérapeute. Quant au patient en analyse, on le qualifie parfois de thérapisant.