Accueil > Définitions > Perfusion
Mots médicaux voisins
Nom féminin
Perfusion
Nom masculin
Expression au masculin
Dans l'encyclopédie
Perfusion désigne à la fois une technique de soins (une perfusion intraveineuse) et une notion de physiologie (perfusion tissulaire).
Quelques définitions
Expression au masculin pluriel
Nom féminin
Nom féminin
Nom féminin
Expression au féminin

Définition de "Perfusion" - Dictionnaire médical

Écouter la piste audioPerfusion nom fém.
Écouter la piste audioPerfuser ver.
Écouter la piste audioPerfuseur nom masc.
Écouter la piste audioHypoperfusion nom fém.

La perfusion est un mode d’administration intraveineuse des médicaments. Lorsqu’on recourt à la voie intraveineuse (IV), on peut le faire en intraveineuse directe (IVD), rapide ou lente,  à l’aide d’une aiguille adaptée à cette voie, ou en perfusion, via un cathéter mis en place dans la veine, nommé « accès veineux ». Si le cathéter est placé dans une veine distale du membre supérieur, il s’agit d’une voie veineuse périphérique (VVP) ; s’il est implanté dans une grosse veine, comme la sous-clavière  ou la jugulaire interne, c’est une voie veineuse centrale (VVC).

On ne peut perfuser que des solutions injectables, grâce à une tubulure appelée perfuseur. Ce dernier est raccordé au cathéter, et peut être équipé de plusieurs voies de manière à perfuser simultanément plusieurs solutions (des antalgiques et des antibiotiques par exemple).

Les médicaments utilisés par voie veineuse ne passent pas par  le tube digestif, contrairement aux substances administrées par voie orale. Il s’agit dans le premier cas d’un traitement parentéral, dans le second cas d’un traitement entéral. Un traitement administré par perfusion est donc toujours un traitement parentéral.

Le terme « perfusion » s’applique aussi à un processus physiologique, la « perfusion tissulaire », qui permet d’alimenter, par voie sanguine, un organe en nutriments et en dioxygène indispensables à son métabolisme. Lors des états de choc, il existe une « hypoperfusion » tissulaire, que l’on peut évaluer par la mesure du débit sanguin de l’organe concerné.

Pour confirmer un diagnostic d’embolie pulmonaire, on a fréquemment recours à la technique de « scintigraphie ventilation-perfusion », la perfusion tissulaire analysée par cet examen   étant celle des poumons.