Accueil > Définitions > Marqueur
Mots médicaux voisins
Nom féminin
Marqueur
Expression au féminin
Expression au féminin
Dans l'encyclopédie
Un marqueur sert à marquer, dans les domaines de l’information, de la médecine nucléaire ou de la cancérologie.
Quelques définitions
Adjectif
Nom masculin
Nom masculin
Adjectif
Nom féminin pluriel

Définition de "Marqueur" - Dictionnaire médical

Écouter la piste audioMarqueur nom masc.
Écouter la piste audioMarquer ver.
Écouter la piste audioMarquage nom masc.

 

Un marqueur est une molécule dont la présence dans le sang (ou un autre liquide biologique) marque la présence d’un état ou d’une maladie, en pratique souvent le cancer.

On décrit des marqueurs de l’inflammation, cellulaires (hyperleucocytose et accélération de la VS, ou vitesse de sédimentation) ou plasmatiques (CRP ou C-réactive protéine, procalcitonine…) ; des marqueurs en génétique (gène marqueur et marqueur génétique) ; et des marqueurs tumoraux, dont le plus connu est le PSA (antigène prostatique spécifique), corrélé  avec la présence possible d’un cancer de la prostate. Comme la plupart des marqueurs tumoraux ne sont ni sensibles ni [lien]spécifiques[/lien], on ne les utilise pas tant pour le diagnostic (trop de faux positifs) que pour la surveillance d’un cancer traité. La séquence habituelle est la suivante : marqueur élevé au moment du diagnostic ; retour à la normale à la fin du traitement ; élévation en cas de reprise évolutive (récidive ou métastase). Si le marqueur est normal au moment du diagnostic, il est inutile de le surveiller, car il ne s’élèvera probablement pas en cas de reprise évolutive.

On peut également procéder au marquage de certaines cellules, comme dans la technique de l’immunomarquage, dans laquelle un antigène spécifique est détecté grâce à un anticorps correspondant.

En médecine nucléaire, on utilise des molécules marquées par un traceur radioactif, que l’on repère en scintigraphie.

En pratique clinique, on peut utiliser le marquage dans différentes circonstances, comme le fait de marquer, de quelque manière que ce soit, le côté à opérer pour éviter des erreurs de côté, toujours dramatiques en chirurgie.