Mots médicaux voisins
Nom féminin
Examen
Nom masculin
Nom masculin
Dans l'encyclopédie
L’examen clinique est de plus en plus menacé par les examens complémentaires ; et pourtant, c’est la base du diagnostic.
Un examen paraclinique ou complémentaire se prescrit à la suite de l’examen clinique, pour affiner le diagnostic.
Quelques définitions
Nom féminin
Nom féminin
Nom féminin
Nom féminin
Adjectif

Définition de "Examen" - Dictionnaire médical

Écouter la piste audioExamen nom masc.
Écouter la piste audioExaminer ver.
Écouter la piste audioExaminateur nom masc.
Écouter la piste audioExamen national classant exp. masc.

On décrit plusieurs sortes d’examens en médecine, et, en premier lieu, l’examen clinique du patient, clé de voûte du diagnostic. L’examen clinique correspondait autrefois à l’examen « au lit » du patient (clinos, en grec, désigne le lit). Actuellement, l’examen clinique désigne plutôt tout ce qui est fait par un médecin avec l’équipement dont il dispose dans son cabinet médical, qui varie d’une discipline à l’autre.

Après l’interrogatoire, l’examen clinique comprend diverses phases : l’inspection, la palpation, la percussion, l’auscultation, les touchers pelviens. Rappelons que, contrairement à ce que croient la plupart des patients, « auscultation » n’est pas synonyme d’examen. L’auscultation consiste à écouter le fonctionnement de certains organes (essentiellement les poumons, le cœur et les vaisseaux) avec un stéthoscope. Et pourtant, la plupart des gens disent de leur médecin qu’il les a « auscultés » au lieu de dire qu’il les a « examinés ».

Après avoir examiné son patient, le médecin va prescrire un certain nombre d’examens paracliniques (complémentaires), en fonction de ses orientations diagnostiques : des examens de laboratoire la plupart du temps, et, très souvent, des examens d’imagerie, dont certains font partie de l’examen clinique du spécialiste (l’échographie pour un gynécologue ou un gastro-entérologue par exemple). D’autre examens plus spécialisés peuvent être nécessaires pour aboutit à un diagnostic.

Pour un étudiant en médecine, un examen sanctionne les connaissances acquises. La réussite à un examen nécessite d’obtenir une note fixée à l’avance, souvent la moyenne. En revanche, quand la réussite dépend du classement obtenu, il s’agit d’un concours, comme celui de l’internat. La personne qui fait passer un examen est un examinateur. Pour un concours, c’est en général un jury qui tranche.

Le concours de l'internat des hôpitaux, créé en 1801 par le Premier Consul Bonaparte, a été remplacé en 2004 par l'examen national classant (ENC), ou epreuves classantes nationales, qui intervient à la fin des études médicales. Il y a toujours des internes, puisque tous les étudiants en médecine sont destinés à devenir internes, mais plus de concours de l'internat qui sélectionnait les meilleurs éléments.